S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par D.D

 

Et tu n'es pas revenu (Marceline Loridan-Ivens)

note: 5Mon père, ce héros D.D - 7 juillet 2017

Marcelline est déportée à 15 ans avec son père en 1944. Ce dernier n’y survivra pas, elle en reviendra grâce à l’amour indéfectible qu’elle porte à son père.
« Toi tu reviendras, Marcelline, parce que tu es plus jeune que moi ». Cette phrase quasi prophétique résonne pour elle comme une injonction à la vie face à la barbarie nazie.
Ce livre sensible percute par la force des questions existentielles : comment se reconstruire quand on a vécu sous le joug d’une politique nazie qui vise à déshumaniser toute une communauté, à lui absoudre l’appartenance au genre humain. Il interpelle sur la difficulté du retour des rescapés de la Shoah, leur sentiment de culpabilité d’être encore en vie, la difficulté voire l’impossibilité de parler de ce qu’ils ont vécu et l’incompréhension des proches qui n’ont pas vécu l’horreur des camps.
Témoignage d’une force poignante sur l’absence, la reconstruction, le sens à donner à sa vie et la résurgence des maux du monde contemporain à travers la montée des extrémismes, du communautarisme et de l’antisémitisme.

Œuvre magistrale et bouleversante dont on ne sort pas indemne. À lire absolument !

D.D. - "L'envers des livres"

Celui qui est digne d'être aimé (Abdellah Taïa)

note: 2Pour solde de tout compte... D.D - 23 mai 2017

Ahmed écrit une lettre à sa mère cinq ans après sa mort pour dénoncer de manière irrépressible leur relation toxique mais également pour y assumer son homosexualité. D’autres correspondances seront le réceptacle de ses déboires sentimentaux et des liens tissés avec des personnes structurantes rencontrées au cours de son existence.
Ce roman épistolaire retrace le cheminement d’un homme à travers la relation à sa mère, l’acceptation de son homosexualité, sa relation aux hommes et la nécessité de rompre une histoire sentimentale fondée sur un rapport dominant-dominé tant au niveau social, économique que culturel.
Lucide, implacable, sans concession, l’auteur dénonce avec ferveur les rapports aux individus, plus précisément aux « occidentaux » sous le prisme d’un néo-colonialisme encore de mise dans son pays.

D.D. - "L'envers des livres"

Ma part de Gaulois (Magyd Cherfi)

note: 5A lire absolument... D.D - 17 mai 2017

Ce livre empreint de nostalgie se veut une chronique ordinaire d’un « banlieusard » féru de lettres et d’écriture, ce qui lui vaut quolibets et violences de la part de ses contempteurs.
Dans un style d’écriture brut, direct nous suivons les affres d’un adolescent qui nous invite dans les abymes les plus intimes de son intériorité à travers d’une part la question identitaire où la difficulté d’appartenance à la double culture est prégnante et d’autre part à travers la condition féminine dans la relation à sa mère et aux femmes de son entourage.
L’obtention du baccalauréat, sorte de rite de passage, d’adoubement le transforme car il est enfin reconnu par ses pairs et confère à sa mère par procuration une vengeance sociale sur sa condition.
Ce récit nous montre les interactions de la « Grande Histoire » sur la petite, la vie des individus et/ou comment l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, la marche des Beurs en 1983 ont fortement impacté le « conscient ouvrier immigré » avec la volonté manifeste de faire partie intégrante du récit national et à travers le parcours de Magyd Cherfi la nécessité de se réconcilier enfin avec sa part de Gaulois.

D.D. - "L'envers des livres"

Charlotte (David Foenkinos)

note: 5Charlotte (David Foenkinos) D.D - 25 avril 2017

Ce livre est une quête mais aussi l’enquête d’un auteur sur le parcours de Charlotte Salomon (artiste peintre) dont la vie tragique perpétue celle d’une destinée familiale aussi dramatique.
De confession juive, elle est exclue de toutes les sphères de la vie sociale et pourtant elle vit et existe.
La force de ce livre au style rythmé, rapide et intense (phrases courtes) est de mettre en parallèle l’apogée d’une idéologie nazie, visant à déposséder une communauté humaine d’une part d’humanité par des lois liberticides alors que simultanément Charlotte s’éveille à la vie en tant qu’adolescente et comme femme dont le premier amour sera structurant dans sa destinée. Dans un environnement hostile et hanté par le passé, Charlotte survit grâce à l’art pour exorciser ses souffrances, ses souvenirs, son histoire.

D.D. - "L'envers des livres"

Oeuvre non trouvée

note: 4Crépuscule du tourment (Léonora Miano) D.D - 25 avril 2017

Quatre portraits de femmes qui ont toutes en commun d’avoir connu le même homme, Dio. Sa mère, la femme qu’il a aimée et dont il se sépare par peur d’aimer, la femme dont il n’est pas épris qui partage sa vie et sa sœur. Toutes ont partagé des moments de sa vie dont les conséquences auront marqué l’existence de chacune.
Elles s’adressent à lui en relatant leurs blessures, leurs failles et leur difficulté à assumer et vivre leur féminité.
L’originalité de cette œuvre réside essentiellement dans l’effet miroir de ces portraits qui permet d’apprendre sur l’une à travers le portrait des autres et surtout on en apprend autant sur Dio dont l’ombre et la présence sont prégnantes tout au long du roman.
Cette œuvre sensible teintée de mélancolie dresse avec finesse et subtilité les tourments de ces femmes à travers une Afrique en mutation mystique et mystérieuse où les rémanences du passé colonial, de l’esclavage sont encore vives et où l’importance des rites ancestraux et initiatiques impacte la destinée de chacune.

D.D. - "L'envers des livres"

Retour Haut

BIBLIOTHÈQUE DE CLICHY-SOUS-BOIS

Bibliothèque de Clichy-sous-Bois

Fermé depuis 18:00. Réouverture Samedi à 10:00

Partager "Logo résidence Marc" sur facebookPartager "Logo résidence Marc" sur twitterLien permanent

Barbara, biographie intime (Alain Wodrascka)

note: 1barbara biographie intime Daniel - 15 novembre 2017

bravo pour ce livre dates de souvenir le 24 11 97 24 11 2017 [...]

Victor Hugo (Alain Decaux)

note: 1victor hugo Daniel - 8 novembre 2017

grand romans sur la vie et aussi merci a l auteur [...]